Juliette Richard et sa sœur Denise Ulliac (Mertha) Richard

Fonds Juliette-Richard pour la francophonie

La francophonie albertaine me tient beaucoup à cœur. Pourquoi? Parce qu’elle fait partie de mon identité !

Pendant toute ma vie, cette communauté m’a beaucoup donné et a fait de moi ce que je suis.

Aujourd’hui, j’ai l’occasion de faire ma part pour développer et valoriser davantage cette francophonie albertaine.

Je m’engage donc à y faire un legs pour appuyer et perpétuer ces causes qui me sont à cœur.

Ainsi, après ma mort, je continuerai à faire une différence à perpétuité.

— Juliette Richard

25 bourses ont été remises pour plus de 50 000$ à des étudiant(e)s en éducation. Voici quelques récipiendaires.

Juliette Richard est une grande dame de la francophonie albertaine. Enseignante, directrice d’école, philanthrope, généalogiste et femme de théâtre, cette petite dame intelligente et souriante au grand cœur a un nombre incalculable d’amis et ne laisse personne indifférent. Le parcours de sa vie bien remplie est bien décrit dans son livre : Un p’tit clin d’œil sur ma vie. Cliquez ici pour voir son fonds.

Gisèle Rheault

Fonds de la famille Gisèle-Rheault

Dès mon arrivée à Edmonton en 2002, j’ai été éblouie par cette francophonie dynamique, vivante et accueillante. Tout ça, grâce à l’effort de citoyens francophones convaincus de l’importance de s’impliquer et d’appuyer les activités organisées dans la communauté.

Ayant vécu en français toute ma vie en Ontario, je me suis rapidement sentie chez-moi.  Je réfléchissais à tous ceux qui pendant des années ont bâti cette francophonie dont je profite. Je me demandais ce qui serait bon de faire en guise de reconnaissance au-delà de mon implication actuelle quel sera mon rôle dans les années à venir ???

Par l’entremise de La Fondation franco-albertaine, j’ai appris l’existence des legs. J’ai donc décidé d’ajouter La Fondation dans mon testament afin d’appuyer les organismes de cette belle francophonie qui m’a si bien accueillie et pour aider à assurer leur avenir pendant les générations à venir.

 

Gisèle Rheault est une femme dynamique, positive et toujours souriante qui est toujours en train d’aider d’une façon ou d’une autre là ou elle se trouve. Cliquez ici pour voir son fonds.

Reed Gauthier

Reed Gauthier

Je suis né dans une famille canadienne-française sur une ferme près du village de Plamondon (population 250 personnes) situé à 200 kilomètres au nord d’Edmonton.   Comme famille nous parlions français à la maison, mais nous n’avions qu’une heure d’école en français par jour.

C’est ce qu’ont vécu de nombreux jeunes qui ont grandi dans mon village et dans plusieurs villes et villages en Alberta. Plusieurs se sont retrouvés peu confortables à parler la langue de leur ancêtre et plus à l’aise à communiquer en Anglais.

En tant qu’adulte et père, j’ai rencontré une leadeur francophone d’Edmonton qui m’a fait prendre conscience du Trésor de la langue française que mes parents m’ont légué et comment cette richesse se dissipait peu à peu.

Donc, des amis francophones de notre village et moi avons décidé de créer l’association canadienne-française de l’Alberta de Plamondon – Lac La Biche puis, avec un groupe de parents dévoués nous avons établi un centre culturel et une école francophone. Je me suis ensuite impliqué sur de nombreux comités francophones provinciaux.

Maintenant je suis à la retraite et je désire laisser un héritage qui aidera ma communauté à continuer à grandir et à se développer au-delà de ma vie.

C’est là que La Fondation franco-albertaine joue un rôle important dans mon histoire en me permettant de créer un fonds de dotations qui continuera, longtemps après mon départ, à appuyer les causes qui me sont si chères au cœur.

 

Pour voir le fonds de Reed Gauthier, cliquez ici.